Comme tous les ans, le mois de décembre apporte son lot de festivités. Entre Noël et le jour de l’an, les moments de réjouissance se succèdent. C’est l’occasion de se retrouver en famille et entre amis, notamment en partageant un bon repas.

Oui mais voilà, bien souvent ce genre de repas n’est pas vraiment compatible avec l’alimentation paléo : alcools, petits fours, desserts de fête (la bûche de Noël entre autres), chocolats…les tentations de faire des écarts alimentaires sont nombreuses. C’est sans compter sur les multiples occasions de manger des plats d’hiver tels que la raclette ou la tartiflette.

Face à ce défilé d’aliments non paléo, comment agir ? Doit-on continuer à suivre le plus fidèlement notre modèle alimentaire, peu importe que nous soyons dans un contexte festif ? Doit-on au contraire se lâcher totalement et manger tout ce qui nous passe sous la main ? Bref, comment gérer au mieux ces périodes de fêtes où nous avons moins la maîtrise sur le menu et où nous sommes davantage tentés de faire des écarts.

La gestion des écarts en temps normal

Avant de parler de la façon de gérer les périodes particulières telles que Noël, revenons sur la façon d’aborder l’alimentation paléo en temps normal. Je vous en ai déjà parlé dans un précédent article que j’ai écrit à propos du principe de Pareto.

Pour rappel, l’idée est de manger paléo 80 % du temps et de s’autoriser des petits plaisirs sur les 20 % du temps restants si l’envie s’en fait ressentir. Dans l’absolu ces écarts peuvent être faits à n’importe quel moment. Cependant, je conseille de se faire plaisir une bonne fois ou deux par semaine plutôt que de s’octroyer plein de petits plaisirs tous les jours ou presque. Pourquoi ? Et bien parce qu’il est beaucoup plus facile de quantifier un ou deux gros écarts plutôt qu’une multitude de petits écarts. Le risque avec de petits écarts à répétition est de s’y habituer et d’en faire toujours plus en se disant que ce n’est rien. Au final, le régime paléo ne représente plus que 20 % du temps et la tendance s’est complètement inversée.

OK donc ça c’est en temps normal. Si vous avez envie de vous faire plaisir, vous pouvez manger un plat non paléo ou deux. En réalité, 20 % du temps cela correspond à 4 repas par semaine, en partant sur une base de 3 repas par jours. Personnellement je trouve que ça fait beaucoup car cela veut dire que 4 repas complets non paléo. Partir sur une base de 3-4 plats serait plus raisonnable (plat principal, fromage, dessert…).

Les écarts pendant les fêtes

Le problème avec les repas de fête est que généralement il n’y a pas qu’un plat qui est potentiellement non paléo. Il n’est pas rare que l’ensemble du repas soit non paléo, de l’apéro au dessert. Quelle stratégie mettre en œuvre dans ces cas là ? Peut-être vous reconnaitrez-vous dans l’une des stratégies suivantes.

La stratégie « je ne déroge pas à la règle »

Les personnes qui optent pour cette stratégie sont souvent celles qui sont ultra motivées ou bien celles qui n’ont pas le choix. Pour ces dernières, c’est souvent des personnes qui suivent un régime alimentaire pour des raisons de santé (que ce soit le régime paléo ou un autre).

Le problème avec cette stratégie est qu’elle souvent synonyme de frustration. Tout d’abord parce qu’il est difficile de voir les autres se régaler avec des choses qu’on ne peut pas manger. Ensuite parce qu’à manger différemment des autres, on se sent en décalage par rapport aux autres. On est dans une forme d’exclusion et on ne profite pas de l’instant à fond.

La stratégie « je me fais plaisir sans faire attention »

À l’inverse, d’autres personnes vont profiter de ces occasions particulières pour se lâcher et libérer toutes les frustrations accumulées depuis plusieurs semaines/mois. Elles vont manger tout ce qui n’est pas paléo et qui leur passe sous la main (ou la fourchette).

Cette approche, bien que séduisante, n’est sûrement pas la plus raisonnable. Autant un écart de temps à autres n’entrave pas les bénéfices santé du régime paléo, mais multiplier les écarts sur une courte durée et en grande proportion (on a tendance à se resservir pour en profiter à fond) peut avoir un effet négatif. Vous pouvez très bien ne rien ressentir ou presque, ou alors vous sentir pas très bien dans les heures qui suivront mais cela peut aussi vous faire perdre les bénéfices que vous avez acquis en plusieurs semaines. Cela dépend de chacun et de sa physiologie.

La stratégie qui allie plaisir, gourmandise et raison

Les deux stratégies que je viens de présenter sont bien entendu deux extrêmes et comme tous les extrêmes, ils faut les éviter. Il apparait évident que la meilleure solution se situe entre les deux, c’est à dire se faire plaisir pour ne pas se sentir à l’écart et frustré, mais tout en étant raisonnable pour que ces écarts aient un impact limité sur votre santé.

Concrètement, comment faire ? Voici l’astuce que je vous propose. L’idéal est de connaitre à l’avance le menu de vos repas de fête. De cette façon, vous allez pouvoir planifier à l’avance vos écarts en choisissant ce qui vous fait le plus envie. Bien sûr, il ne s’agit pas de goûter à tout car dans ce cas vous serez davantage dans la stratégie où vous vous faites plaisir sans limite. Utilisez des contreparties. Par exemple, autorisez-vous une part de bûche de Noël (qui contient de la farine de blé et du sucre notamment) en récompense pour ne pas avoir mangé de petits toasts briochés qui étaient proposés à l’apéritif.

Vous l’aurez compris, ce n’est pas parce que nous suivons un régime alimentaire particulier qu’il ne faut pas se faire plaisir de temps en temps. C’est d’autant plus vrai pendant les périodes de fêtes ou pour des occasions particulières. L’important est d’apprendre à gérer ces écarts pour qu’ils restent occasionnels, vous aident à atteindre vos objectifs et vous permettent de profiter des moments de partage avec vos proches.

Qu’elles soient paléo ou non, je vous souhaite à tous de passer de bonnes fêtes !

Le paléo pendant les fêtes de Noël
Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez gratuitement le livre "10 astuces simples et efficaces pour une alimentation saine au quotidien"